Ce 19 mai, on apprend que trois hommes ont été pris en flagrant délit et interpellés entre les 12 et 15 mai derniers alors qu’ils tentaient de s’introduire

Dans des véhicules dont ils avaient brouilleur la fermeture.

La technique est un jeu d'enfant bien connu. Il suffit aux malfaiteurs de guetter un automobiliste et d’activer le brouilleur d’onde radio lorsque celui-ci sort de son véhicule et presse le bouton de verrouillage des portes sur sa télécommande. Croyant son véhicule verrouillé, le propriétaire laisse alors la champ libre aux voleurs qui n’ont plus qu’à s’y introduire pour piller son contenu. Ou pire encore, pour la voler s'ils sont équipés d'un programmateur de cartes et de clés vierges.

brouilleur telephone portable

Il est toutefois assez simple d'éviter de se faire avoir. Tout d’abord, il suffit de rester à proximité de la voiture pour s’assurer qu’elle est correctement verrouillée. Par ailleurs, un simple coup d’œil sur les clignotants suffit généralement pour vérifier que la voiture a bien reçu la commande de fermeture. Si unbrouilleur d'onde actif est à proximité, rien ne se passe au niveau des clignotants.

Notons qu'un changement de technologie est également en cours du côté des constructeurs automobiles, certains ayant modifié le fonctionnement des clés dites « sans contact ». Auparavant, ces clés qu’on gardait dans la poche (ou dans un sac) activaient le verrouillage des portes automatiquement, sitôt que le porteur s’éloignait du véhicule. A l’inverse, elles l'ouvraient à son approche. Le souci est que la distance, parfois trop importante, laissait alors le temps à un voleur de s’y installer. Ainsi, comme nous l’évoquions dans l’essai de la Volkswagen Passat SW, la clé peut toujours rester dans la poche, mais il faut apposer la main sur une zone spécifique de la poignée pour verrouiller ou ouvrir les portes. Plus pénible, mais aussi plus sûr.

Moi aussi j’avais ri. En 2007, Sarkozy sur un cheval en Camargue, jeans et chemise à carreaux pour son dernier déplacement de campagne et, à quelques mètres, une charrette pleine à craquer de journalistes. brouilleur wifi un symbole des dérives de la politique spectacle et de la presse aux ordres. Sûrement, j’avais pensé que jamais, au grand jamais, je ne serais de ces journalistes. Je ne les jugeais pas, je me croyais à l’abri.

C’était penser trop vite. Mercredi, j’étais à Alger pour couvrir la visite de François Hollande. Il avait prévu de commencer par une « déambulation » (le jargon “hollandais” de campagne, importé à l’Elysée, pour dire “bain de foule”, “serrage de mains” et belles images au 20H). La presse est arrivée avec plusieurs heures d’avance –c’est souvent comme ça, les voyages officiels, on attend. Longtemps, parfois très longtemps.

Sur le front de mer, les Algérois se massent derrière des barrières, dûment fouillés, contrôlés, filtrés par les services de sécurité bientôt aussi nombreux que la « foule » elle-même. Tout est sous surveillance. Il y a des raisons de sécurité : en Algérie, le risque d’attentat ne relève pas du fantasme total. Il y a aussi des raisons politiques : pas question de voir l’opposition débouler, pas un islamiste ni un syndicaliste en vue, mais quelques portraits du président algérien et des slogans tout ce qu’il y a de moins politique. « One two three, viva l’Algérie » mais pas de « visas, visas ! » comme en 2003 lors de la visite de Jacques Chirac. Il y a aussi la com’ : veillons aux images qui feront la Une des journaux et aux reportages qui décriront la « foule en liesse » accueillant Hollande et Bouteflika.

Dans l'avion du président, y’avait aussi Jean-Pierre Elkabbach, invité officiel de François Hollande (mais ça ne l’empêchera pas de l’interviewer vendredi matin sur Europe 1, je vous rassure). En attendant, ce mercredi après-midi, on est devant, à les regarder, sur notre charrette Brouilleurs GPS à moteur, roulant au pas, sous les cris des photographes qui cherchent le bon angle et les tirs à blanc des cavaliers berbères.

Depuis des années, l’administration pénitentiaire dépense des millions d’euros pour faire la chasse aux téléphones portables en prison. Son arme absolue : des centaines de brouilleurs. Alors, sont-ils efficaces ?

Pour vérifier si ces brouilleurs fonctionnent, il suffit de jeter un œil aux réseaux sociaux et notamment à l'application Périscope qui permet de se filmer et de discuter en direct avec n'importe qui. Cette semaine par exemple, un détenu se filmait depuis sa cellule. Grâce à l'application, il répondait aux questions des internautes. L'échange d'une dizaine de minutes a été suivi par un peu plus de 1000 personnes.

Les brouilleur gsm sont efficaces sur le réseau 2G

Pourquoi donc les brouilleurs de téléphones ne fonctionnent-ils pas ? Depuis 2003, les prisons françaises en sont équipées, 804 précisément ont été installés. Mais selon Stéphane Barraut, surveillant de prison, c’est comme s’il n’y en avait pas. Le problème, c'est que les 804 brouilleurs qui équipent les prisons françaises brouillent le réseau 2G, mais sont inefficaces face à la 4G.

Mais que fait le ministère de la Justice ? Jean-Jacques Urvoas n’a pas souhaité répondre à nos questions. Mais il l’assure, il s’est saisi du problème. Trois millions d’euros vont être investis dans des brouilleurs de haute technologie. En attendant, cet après-midi encore, le même détenu était à nouveau connecté.

L’année dernière, l’administration pénitentiaire a saisi 31 000 téléphones portables en prison, visiblement il en reste encore.

La même hésitation que j’avais eu en publiant la démonstration d’un crochetage brouilleur de téléphone de serrure ou celle que l’on peut avoir en dévoilant une faille de sécurité qui pourrait être « maladroitement » utilisé (ou utilisé à mauvais escient).

Si le cas de la serrure était plus facile à montrer car il faut les outils et l’expérience, la neutralisation d’un système d’alarme domotique est plus délicate.

Il existe plusieurs techniques et j’ai décidé de vous montrer la plus rapide et la plus efficace visuellement tout en ne montrant qu’une partie de la neutralisation et en obligeant toujours le fait qu’il faille un équipement spécifique que tout le monde ne détient pas forcément dans l’instant.
Même si c’est une fausse excuse (après tout si moi je détiens ce genre d’équipement, tout le monde peut l’avoir aussi (ou presque ;) ), elle s’oblige à s’engager dans une démarche hors-la-loi pour laquelle vous êtes prévenue.

j’ai voulu cette démonstration surtout pour mettre un coup d’électrochoc aux idées préconçues brouilleur voiture sur la fiabilité des « alarmes » domotique ou de l’utilisation de ses équipements en tant que tel.

La communication entre les composantes d’une alarme sans fil, notamment les différents détecteurs et la centrale, se font par ondes hertziennes. Mais, il existe sur le marché des brouilleurs vendus à petit prix. Ces derniers sont capables de brouiller ce signal et empêchent ainsi sa transmission. Les malfrats deviennent invisibles pour le système d’alarme, qui ne signalera pas leur présence

L’étape cruciale pour éviter tous risques de brouilleur bluetooth consiste à ne pas laisser d’indices qui permettent de connaître la nature du système d’alarme à utiliser. Pour une alarme sans fil, il faudra faire attention aux antennes trop visibles, par exemple. Pour dissuader les intrus, il est possible d’installer des panneaux d’avertissement, ou de rajouter quelques fils à la centrale de l’alarme qui permettra de faire croire qu’il s’agit d’une alarme filaire.

Pour fiabiliser les alarmes contre les brouilleurs, les fabricants ont réalisé des concepts d’émission sur deux différentes fréquences, appelées « alarmes bi-fréquences sans fil ». Pour éviter toute interférence et rendre l’alarme plus sûre, les deux fréquences devront être éloignées l’une de l’autre.